Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Coronavirus Covid-19 / que faire pendant son confinement ?!

17 mars - 11 mai

Partager cet article

Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire à leur plus strict minimum les contacts et déplacements sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum. Celles-ci seront autorisées sur attestation uniquement pour :

  • Se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible
  • Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés
  • Se rendre auprès d’un professionnel de santé
  • Se déplacer pour la garde de ses enfants et soutenir les personnes vulnérables
  • Faire de l’exercice physique uniquement à titre individuel, autour du domicile et sans aucun rassemblement

Nous voilà tous bloqués à la maison !
Les magasins sont fermés, pas de tube de ce magnifique bleu minéral avant un bon moment…

Il va falloir revoir nos exigences à la baisse. Marc de café, zeste de mandarine et charbon de la cheminée devront faire l’affaire !

Pour ne pas vous perdre en tentant d’atteindre l’excellence ***, voici quelques rappels :

Récapitulatif des différents éléments à maitriser lors de la réalisation d’un tableau,
classés ici par ordre d’importance… La priorité étant toujours :

  • La COMPOSITION : (A ne Jamais négliger !!!) placer les éléments majeurs (les formes) en fonction des limites (dimensions, format…) imposées par votre support, toile, feuille de papier, carton, etc. Utiliser si possible les 5 zones majeures qui attirent d’avantage le regard (le centre et les points placés aux tiers des demi diagonales du coté extérieur, voir schéma ci-dessous)
    Les différents types de compositions (compo. en pyramide, en corne d’abondance, en carré, avec déséquilibre volontaire…)
    utilisés par les grands artistes tout au long de l’histoire sont bien sûr à utiliser sans limite, si elles ont traversé les siècles ce n’est sans doute pas par hasard, et reprennent de toute façon les principes énoncés au-dessus.

 

  • Le CONTRASTE : Obtenir un écart important entre le plus clair (blanc) et le plus foncé (noir, ou gris foncé), afin d’obtenir entre les deux une grande quantité de gris différents qui permettrons une illusion plus réaliste du rendu en 3 dimension ; autrement nommé le « modelé ». (Notez que même dans un dessin en 2 dimensions, une quantité importante de gris différents ne pourra engendrer que plus de richesse à votre œuvre !
    N.B : Le paragraphe lié au « contraste » est à associé au paragraphe « couleur » décrit plus bas.

 

  • La PERSPECTIVE : La perspective dépend toujours de l’angle de vu sous lequel la scène est visualisée, l’horizon représente toujours le niveau des yeux de celui qui regarde, les points de fuites seront toujours placés sur cet axe (l’horizon) et le dessin construit à partir de ces derniers.. Et comme je vous le dis souvent : avec 1 ou 2 point de fuite LES VERTICALES RESTENT TOUJOURS VERTICALES !!!
    1 point de fuite correspond à une vue relativement ordinaire, avec sur chaque volume une face non déformée par la perspective et, des extrémités de cette forme partent les fuyantes en direction du point de fuite. ( construction du dessin à partir d’une face pas déformée)
    2 points de fuite proposent une vue plus complexe construite à partir d’une arrête non déformé par la perspective (appelée aussi la « vraie grandeur »)
    3 points de fuite ne sont utiles que pour réaliser une vue en plongée ou contre-plongée bien plus complexe et déformante que les 2 précédents type de construction. (même construction qu’avec 2 points de fuite mais un 3eme point est à ajouter sur l’axe de la vraie grandeur, au-dessus ou au-dessous en fonction du type de vue : plongée ou contre plongée)
    D’autres types de perspective sont à prendre en compte de façon plus évidente comme par exemple la perspective atmosphèrique qui impose d’avoir un premier plan toujours plus fort et intense ( en contraste, couleur, et présence en général) que le ou les arrières plans… Ce procédé imite l’épaisseur de l’air présente entre un sujet éloigné (une montagne) et celui qui regarde (le spectateur) créant ainsi un voile blanchâtre parfois bleuté qui masque le sujet éloigné le rendant moins présent. En somme plus le sujet est censé être loin plus il sera clair, flou et inexistant.

 

  • L’ANATOMIE : l’anatomie ne traite pas uniquement du corps humain mais impose de connaître ou du moins comprendre ce que l’on voit pour le dessiner. Comprendre l’angle de vue, analyser l’objet pour en extraire l’essence et le transcender en oeuvre d’art ! ( Oui, quelle belle phrase…! signé Maitre Jean Louis HERTEN,  je crois qu’elle fait un peu peur en fait …!?…)
    L’anatomie humaine est aussi essentielle à étudier pour réaliser tous travaux sur le corps humain, et bien sûr un des moyens les plus efficaces de faire évoluer nos compétences de dessinateur. (cf. Léonard DE VINCI pour ses études techniques du corps mais Michel-ANGE pour l’emphase et la transcendance

 

  • La COULEUR : la couleur est un sujet vaste et complexe mais finalement soumis à un dénominateur commun, l’oeil humain et les règles d’optique imposées par ce dernier.
    Chaque couleur détient une « température » propre, la faisant appartenir à l’un des 2 groupes :
    couleurs CHAUDES               et              couleurs FROIDES
    rouge                                                         vert
    orange                                                       bleu
    jaune                                                          violet (avec dominante de bleu)
    -Les couleurs chaudes ont tendance à avancer (rester au premier plan) et les froides à reculer (partir à l’arrière plan).-Ces couleurs créent aussi des « contrastes simultanés », attirant en mettant en valeur une couleur du groupe opposé (le orange attire le bleu et le met en valeur et renforce sa présence, le rouge attire le vert  et le jaune le violet bleu..)(principe de complémentarité des couleurs).
    -Il est aussi possible de créer des « contrastes de qualité », en différenciant les tons « vifs » et les tons « rompus ». Les tons vifs attireront toujours plus l’oeil et l’attention que des tons rompus, cassés par le mélange à d’autres couleurs créant donc un ton moins pur qui passera plus inaperçu et reculera même à l’arrière plan malgré une teinte plutôt chaude
    ex: rouge = ton vif et chaud (donc viendra au premier plan naturellement, mais associé à un peu de blanc nous obtenons)
    un rose= ton rompu, car rouge + blanc, (et toujours chaud mais beaucoup moins qu’ un rouge pur…) placé à coté d un vert vif le rose partira à l’arrière plan et le vert au 1er créant ainsi de la profondeur à notre image et en complète contradiction avec le principe de températures des couleurs.)

Ne pas oublier que le noir comme le blanc casse les couleurs et les romps, le jaune est la couleur à ajouter à une autre pour l’éclaircir dans la plupart des cas sauf avec le bleu où il faut mettre du blanc. (la combinaison jaune + blanc et aussi une bonne solution pour éclaircir fortement une couleur mais toujours au détriment de sa vivacité !)

Voilà donc un récapitulatif théorique à associer à vos connaissances pour une peinture plus adroite et intelligente, sachant bien sur qu’il est aussi possible d’ignorer tout ça pour un art plus brut et direct..

Bon courage à toutes et à tous ! A bientôt…

 

Détails

Début :
17 mars
Fin :
11 mai
Catégorie d’Évènement:

Lieu

Atelier Chromatic
2, rue Daniel Sage
Montpellier, 34000 France
+ Google Map
Téléphone :
0467044585